Bien-être Santé

Faut-il diluer les huiles essentielles ?

Publié le 18 November 2016

Les règles de dilution des huiles essentielles

C'est sans aucun doute une des questions que l'on me pose le plus souvent, même par des personnes qui pratiquent déjà l'aromathérapie, et c'est logique puisque la voie cutanée est, de loin, la plus utilisée de toutes ...

Selon moi, la règle générale est d'utiliser les huiles essentielles à l'état pur (sans dilution) chez les adultes, car dans la grande majorité les H.E. ont une bonne affinité avec la peau et on aura tout intérêt à ne pas diluer afin de favoriser un passage rapide et puissant des H.E. dans le sang.

Je considère les situations où l'on devra diluer les H.E. comme des exceptions à cette règle générale:

1) En pédiatrie: on diluera quasiment toujours dans de l'H.V. car la peau des bébés/enfants est plus sensible que celle des adultes.  Voici une idée des % de dilution:

  • bébés (jusqu'à 30 mois): 30 % d'HE et 70 % d'H.V. (par exemple dans un flacon de 10 ml, mettre 3 ml d'H.E. soit 60 gouttes, et remplir le reste du flacon avec de l'HV)
  • enfants (entre 30 mois et 7 ans): 50% d'HE et 50% d'HV

(cela dépendra bien entendu de la peau de l'enfant et de sa sensibilité. j'ai par exemple très vite utilisé des H.E. à l'état pur chez mon fils cadet (dès l'âge de 4 ans) car il supportait très bien les H.E., alors que chez mon fils ainé je devais toujours diluer, même après l'âge de 7 ans.)   

Les huiles essentielles sont en général déconseillées pour les femmes enceintes. Renseignez-vous correctement à ce sujet.

Pour ce type de dilution, on utilisera des H.V. de base (qui n'ont pas forcément des propriétés intéressantes et ne seront donc pas utilisées pour apporter quelque chose à la synergie), elles ont l'avantage d'être aussi relativement moins chères (par exemple: amande douce, noisette, noyau d'abricot).

 

2) Les H.E. dermocaustiques: elles ont tendance à irriter la peau, avec une sensation de peau qui chauffe.  La dilution permet de ne pas ressentir cela.

  • HE à phénols aromatiques (thym à thymol, giroflier, origan, ajowan): dilution à 20 % maximum
  • HE à phénols méthyl-éthers (estragon, basilic, muscadier, anis, fenouil): dilution à 20 % maximum
  • HE à aldéhydes terpéniques (eucalyptus citronné, verveine citronnée, litsée citronnée, lemongrass): on veillera souvent à ne pas dépasser 30 % (mais c'est très relatif car certaines de ces HE sont tout à fait supportables à l'état pur)
  • HE à aldéhydes aromatiques (cannelles): maximum 10 % ! ce sont les HE les plus dermocaustiques !

Dans quoi diluer ? il faut noter ici que la dilution ne doit pas obligatoirement se faire dans de l'HV, et qu'on pourrait même avoir un mélange ne contenant que des HE. Si on a une synergie qui contient plusieurs HE, il faudra juste veiller à ce que les HE dermocaustiques ne dépassent pas les % ci-dessus.  Par exemple un mélange contenant 5 HE, chacune à 20%, pourrait contenir du basilic (à 20% max donc) ... ce mélange ne devrait pas être dilué dans de l'HV !

Si on veut diluer dans de l'huile végétale, on considère que c'est celle de Millepertuis qui atténue le mieux la dermocausticité des HE.  Celle de Calendula est aussi souvent recommandée.

 

3) Les parties du corps qui sont sensibles: certaines parties du corps, comme les muqueuses, exigent également une dilution car elles sont plus fragiles.

  • sur les zones ano-génitales, on ne dépassera pas 10% d'HE
  • dans le nez (voie nasale), on ne dépassera pas 1% d'HE !
  • dans l'oreille (voie auriculaire), on ne dépassera pas 5% d'HE ! (et on fera vérifier par un médecin que le tympan n'est pas perforé, sinon il est interdit d'y mettre des HE !)-
  • sur les lèvres on diluera également
  • attention: jamais d'HE dans les yeux, même à un taux de dilution très faible

 

4) La durée de l'utilisation: on n'utilise généralement pas les huiles essentielles plus de 15 jours d'affilée, mais lorsque c'est nécessaire (et conseillé par votre aromathérapeute), il vaudra mieux diluer pour que la peau supporte cette utilisation sur le long terme !  Et on diluera d'autant plus que le traitement sera long...

 

5) La surface d'application: lorsque l'on voudra étaler une HE ou un mélange d'HE sur une grande surface (par exemple sur tout un bras ou une jambe), on aura aussi intérêt à diluer, afin de ne pas infliger au corps une trop grande quantité d'HE !  Je donne souvent l'exemple d'un hématome : si c'est très localisé, appliquez des HE pures, mais si c'est étendu, il faudra diluer (et là aussi, diluer d'autant plus que le traitement sera long).  Idem pour les huiles de massage: comme on les appliquera sur une grande surface (et qu'en plus, le massage durera un certain temps), on diluera en général de l'ordre de 5% d'HE.

A ce propos, notons que pour pouvoir masser justement (que ce soit un massage bien-être ou un massage thérapeutique pour traiter une douleur par exemple), il faudra obligatoirement diluer vos HE car sinon elles pénétreront trop vite !

Idem lorsque l'on souhaite contribuer au mieux-être d'une condition dermatologique, qui se situe en surface de la peau, on aura intérêt à mettre de l'huile végétale pour ne pas que les HE passent tout de suite dans le sang sans avoir le temps d'agir !

Je précise aussi que j'ai surtout parlé d'huile végétale comme support de dilution (excipient), par simplicité et parce que c'est le plus fréquent, mais il existe bien d'autres supports, surtout en dermato ! (crème, gel, beurre, cire, etc).

 

Vous voulez en savoir plus ? c'est le genre de chose que j'explique en détail dans mon cours d'aromathérapie niveau 1 (initiation) !

 

Sébastien

Naturopathe, Aromathérapeute et Ambassadeur Sebio

Retour
Autres publications à ce sujet

Cadeaux et réductions

Rejoignez la Planet Family

Service clients

Toujours à votre écoute

Paiement sécurisé

Vos détails sont en sécurité

Livraison rapide

A domicile ou en point relais