L’e-shop éthique,
écologique et durable

Mon panier

Aucun produit

Expédition
Total

Commander

Livraison offerte
Nos rayons

Bienvenue, Identifiez-vous

Nouveau client ? Créer un compte !

4.75 / 5
Soigner les cystites (infections urinaires) aiguës et chroniques naturellement !

Le 18.03.2016 / Santé et bien-être

De nombreuses femmes souffrent régulièrement d'infections urinaires, et les traitements habituels (antibiotiques) ne soulagent que de manière temporaire car l'infection revient souvent, et on tombe rapidement dans la chronicité...

 

Causes :

La cystite provient en général de la contamination de l'urètre par une bactérie présente dans l'intestin, baptisée Escherichia Coli (E-coli). Cette bactérie n'est en général pas nocive, car d'autres bactéries tapissent déjà les parois intestinales, et E-coli ne peut plus s'y fixer. Lorsqu'elle se loge dans la vessie (en se fixant aux parois), on parle de cystite, et il convient de la soigner rapidement car elle prolifère assez rapidement et risque d'atteindre les reins (on parle alors de pyélonéphrite, une infection très sérieuse et qui nécessite souvent une hospitalisation).

 

Une cystite chronique ou mal soignée risque donc à la longue d'attaquer le rein et de dégénérer en insuffisance rénale. Il est donc important de bien la soigner, et d'éviter qu'elle ne devienne chronique.

 

La prise récurrente d'antibiotiques est néfaste car ils détruisent la flore intestinale, ce qui permet à E-coli de se développer de manière plus importante puisqu'il n'a plus à lutter contre les "bonnes bactéries" !

 

La cystite est particulièrement répandue chez :

  • les jeunes filles (qui se retiennent trop longtemps, par exemple à l'école, ou qui ne se s'essuient pas correctement)

  • les femmes enceintes (impact hormonal)

  • les femmes qui ont une vie sexuelle active

  • les femmes utilisant des tampons et serviettes pendant les règles

 

Prévention :

 

On peut conseiller les choses suivantes pour agir de manière préventive :

  • La prise régulière de probiotiques (par voie orale) pour consolider la flore intestinale

  • La restauration de la flore vaginale (il existe des gélules que l'on peut introduire dans le vagin, des ovules aux probiotiques ou même des tampons aux probiotiques)

  • certains aliments (acides) modifient le pH et rendent la vessie plus fragile: thé, café, épices, vin blanc, champagne, sodas (coca)...

  • Inversement on peut consommer du bicarbonate de soude (alimentaire) car il a un pH alcalin ! Il existe aussi de l'eau bicarbonatée.

  • Le sucre est très important : il faut l'éviter au maximum car le E-coli se nourrit de sucre et se multiplie d'autant plus rapidement qu'il est dans un milieu riche en sucre

  • Un geste simple consiste à vous essuyer avec le papier toilette du haut vers le bas pour éviter la contamination des bactéries anales vers l'urètre

  • Uriner après les rapports sexuels

  • Eviter les pantalons serrés et les sous-vêtements en fibres synthétiques

  • Boire beaucoup d'eau

 

En phase aigue :

 

Il est important de boire au moins 2 litres par jour (même si on a tendance à faire l'inverse puisque uriner est douloureux).

 

En aromathérapie, je conseille le mélange suivant de D. Baudoux :

 

HE Laurier Noble (Laurus Nobilis) 3 ml

HE Giroflier (Eugenia Caryophyllus) 1 ml

HE Camomille noble ou romaine (Chamaemelum nobile) 2 ml

HE Estragon (Artemisia dracunculus) 2 ml

HV Noisette QSP 15 ml

 

8 gouttes sur le bas-ventre 6x / jour pendant 5 à 7 jours

Cliquez ici pour commander ce mélange


ET, surtout Gellules d'Origan: 2 gélule 4x / jour avant les repas pendant 5 jours

 

En phytothérapie, c'est la Busserole (Arctostaphylos uva ursi) qui est la plus indiquée, car elle a une action antibactérienne spécifique au niveau urinaire. Il vaut mieux la consommer en extrait sec (capsules) qu'en teinture mère. Posologie : 200 à 500 mg, 3 à 6 fois par jour.

 

 

En cas de cystite chronique :

De nombreuses études ont montré l'impact bénéfique de la canneberge (cranberry) sur les infections urinaires chroniques, notamment grâce à une molécule contenue dans le fruit (les proanthocyanidines A). Pour avoir un effet réel cependant, il faudra en prendre une dose suffisante et de bonne qualité. De nombreux compléments alimentaires sont insuffisamment dosés (il faut 32 mg par jour) ou ne contiennent même pas cette molécule ! Le jus de canneberge (cranberry juice) contient souvent trop de sucre (et le sucre favorise la prolifération de l'E-coli !). Notons aussi que l'effet sera purement préventif (réduire la fréquence des infections) et pas curatif (pas d'effet antibactérien suffisant).

 

Par contre, assez paradoxalement, il existe un sucre (glucide) qui peut piéger la bactérie E-coli : le D-mannose. Ce glucide est présent de manière naturelle sur les parois du tractus urinaire, et la bactérie E-coli a justement besoin de ce sucre pour s'accrocher aux parois (E-coli est composé de sortes de franges qui s'accrochent au D-mannose un peu comme un velcro). Lorsque l'on prend du D-mannose (complément alimentaire sous forme de poudre), les petites molécules sucrées qu'E-Coli adore se trouvent non seulement à la surface des cellules urinaires mais à présent également dans l'urine.

 

Il en résulte qu'une grosse part des bactéries vont s'attacher au D-mannose flottant dans l'urine et seront éliminées dans les toilettes. Les quelques E-coli qui parviendront à se fixer sur les molécules de mannose seront des proies faciles pour les globules blancs et les autres agents du système immunitaire.

 

Vous pouvez me commander directement ce produit par email (aroma@sebio.be), ou en trouver via ce lien

 

On peut aussi, dans une vision « naturopathe », penser à drainer les émonctoires reins et vessie de manière régulière (deux fois par an, souvent conseillé en automne et au printemps), pour en assurer un fonctionnement optimal.

 

En gemmothérapie par exemple, le bourgeon d'airelle est un draineur de la vessie, ainsi que celui de genévrier. On peut prendre 15 gouttes de chaque par jour, pendant 2 à 3 mois.

 

Pour terminer, notons qu'en médecine chinoise, le rein et la vessie sont les 2 méridiens / organes de l'élément « EAU », et sont liés aux émotions « peur » et « volonté » (ou manque de volonté). Un déséquilibre de ces organes peut engendrer ces émotions (ou l'inverse!). Il est donc parfois intéressant de connaitre ce type de lien et d'agir dessus en thérapies énergétiques, en réflexologie, ou par exemple en utilisant des fleurs de Bach !

N'hésitez pas à me contacter par email (aroma@sebio.be) pour toute question, commentaire, ou commande de mélange !

Sébastien

 

 

 

Produits liés
Nos marques