Bébés Enfants

La pression des couches lavables : et si la location était la solution ?

Publié le 7 October 2020

Couches lavables

Ce mois-ci, notre Ambassadrice Bébés & Enfants, Esmeralda nous parle de la pression que nous nous imposons ou qui nous est infligée en tant que parents. Avec humanité, elle partage ses doutes et ses réflexions pour nous déculpabiliser et remettre la parentalité dans un contexte bienveillant. 

Découvrez qui est Esmeralda 

Des parents sensibles dans une société trop pressée

« Ce matin, je dépose à nouveau mon petit à l’école. Il a tout juste 2 ans et demi. C’est sa première semaine et il pleure. L’école demande que la séparation se fasse rapidement. Évidemment, mon enfant s’agrippe à moi et la responsable me gronde : « vous devez dire au revoir à vos enfants avant d’arriver au portique, car vous bloquez la file ». Elle a l’air exaspérée et je comprends. Il ne reste que quelques minutes avant la sonnerie et elle ne veut pas dépasser l’horaire officiel. Pourtant, je me sens bousculée et mon cœur de maman se serre. Je me vexe, je m’énerve et je me dis : « quel manque d’humanité ! ». Mon vocabulaire néerlandais n’est pas assez développé pour exprimer les sentiments qui m’étreignent et c’est peut-être mieux ainsi : cela m’évite une confrontation. Je tourne le dos. Ça me brise le cœur de voir mon enfant tendre ses bras vers moi pendant qu’on l’emporte contre son gré. J’ai l’impression de l’abandonner, de le trahir. Je rentre chez moi la tête basse et je me mets à écrire ce texte, alors que les larmes coulent sur mes joues. »

Les contradictions de la parentalité

« Malheureusement, ce genre d’épisode est récurrent dans la vie de la plupart des parents : que nous soyons branché éducation bienveillantecommunication non-violente ou tout simplement à l’écoute de nos émotions et de celles de nos enfants, nous nous retrouvons trop souvent confrontés aux diktats conventionnels. Pour moi, c’est une constante bataille. Je souhaite laisser ma grande vivre sa spontanéité, la laisser chanter, rire et danser. Mais je dois lui rappeler qu’il est l’heure de partir. Je veux dormir suffisamment la nuit pour garder les yeux ouverts le lendemain au travail, mais il me tient à cœur d’être là pour mon enfant qui est malade ou a fait un cauchemar et qui a besoin d’être rassuré. 

Cette recherche d’équilibre entre les besoins de nos enfants et nos limites d’adultes est déjà en elle-même pleine de contradictions. De plus, nombreuses sont les personnes bien pensantes qui jugent opportun d’en rajouter une couche, notamment en se permettant de juger notre pratique du cododo : « tu les laisses te diriger ». Au lieu de respecter mon choix. Même certaines blogueuses alternatives culpabilisent les mamans qui ont choisi ou qui sont contraintes de retourner au travail et de mettre leur enfant en crèche, en gardiennage ou à l’école. 

Les couches lavables : un choix écologique discuté

« A nos valeurs humaines et à nos convictions personnelles viennent s’ajouter les notions de justice sociale et d’écologie. Quelle pression ! Encore d’autres opportunités d’être jugé ou de s’auto-juger, d’avoir honte et de culpabiliser. Les couches lavables ne sont pas une exception à cette règle. Lorsque vous exprimez votre désir de les adopter, d’aucuns vous qualifieront probablement de hippie ou de rétrograde. Certains tenteront même de vous en dissuader. 

Et c’est ainsi dans tous les domaines de la parentalité. D’un côté les personnes qui nous découragent dans nos objectifs. Et de l’autre, des familles d’apparence parfaites auxquelles nous nous comparons (à tort) : allaitement serein, langage des signes avec bébé, massage bébé quotidien, etc. Alors je stresse: « Je n’y arrive pas ! Je n’ai pas le temps ! Comment ils font les autres ? ». J’en oublie de m’écouter, d’apprécier mes succès et mes efforts, de me faire confiance.

Être parent, c'est aussi lâcher-prise

« Nous faisons tous l’expérience d’épisodes difficiles. J’ai moi-même éprouvé des doutes ou reçu des commentaires moyennement agréables de médecins, de membres de ma famille, de collègues, du personnel de la crèche etc. Pour moi, l’important est de tenir bon pour ce qui me tient à cœur, et de d’apprendre à lâcher du lest pour le reste. C’est ok de dire non parfois !  Pour moi et mes enfants, l’allaitement, le portage et les couches lavables sont des choix qui se sont imposés naturellement. Par contre, je n’ai pas mis autant d’énergie dans le langage des signes, le massage bébé et les petits pots faits maison par exemple. 

Pourtant, j’envie encore les familles 100% bio, qui consomment local et qui pratiquent le zéro déchet avec succès. C’est vrai, je pourrais sans doute m’organiser autrement. Mais je fais mon possible, avec mes forces, mes facilités et le temps dont je dispose. Nous avons déjà remplacé beaucoup d’objets jetables par du lavable : mouchoirs, serviettes, lingettes, loques, etc. C’est déjà une jolie victoire ! Par souci d’hygiène, j’ai pris l’habitude de laver ces textiles tous les 2-3 jours. Ajouter quelques couches lavables à cette machine n’était donc pas un problème pour moi. »

Adopter des changements positifs sans se mettre la pression

« Lorsque des parents me contactent pour tester les couches lavables, je leur rappelle toujours qu’ils ne doivent pas se mettre la pression. S’ils ressentent le besoin de faire une pause car une situation difficile (une maladie, un déménagement) s’est présentée pendant la location des couches, ils peuvent juste m’en faire part et le compteur reprend lorsqu’ils sont prêts. Cette flexibilité, cette tolérance envers soi et envers l’autre sont essentielles à l’adoption sereine d’habitudes saines et durables. S’imposer un choix écologique par conviction alors qu’on n’en a pas l’énergie à ce moment-là, c’est s’infliger de l’anxiété et de la souffrance inutile. Il est alors préférable d’attendre le bon moment.

Il est normal pour les jeunes parents de se sentir parfois submergés. Je leur conseille alors, lorsqu’ils souhaitent continuer l’utilisation des couches lavables, de trouver un compromis. Moi aussi, j’ai utilisé des couches jetables écologiques en complément des couches lavables pendant les premières semaines de vie de bébé. Il y a déjà tellement d’autres choses à gérer ! Mon fils régurgitait plusieurs fois par nuit et je n’en finissais pas de laver les draps. Alors si vous avez peur que la contrainte soit trop difficile à gérer au début, pourquoi ne pas démarrer par l’utilisation des couches lavables seulement la nuit ou le weekend ? Vous n’êtes pas obligés de les prendre en voyage si vous ne voulez pas de lessives durant vos vacances. Il existe d’ailleurs des inserts compostables (exemple : Hamac) proposés par la marque Hamac) et même des services qui lavent les couches pour vous ! »

Louer des couches lavables de bébé : la solution ?

« Le grand avantage de la location de couches lavables, c’est que vous ne vous engagez à rien ! Je constate que les parents qui abandonnent et revendent leur lot à perte ont soit sauté le pas trop vite, soit choisi un modèle de couches qui ne correspondait pas à la morphologie de leur enfant ou à leur style de vie. Par exemple, si votre appartement est trop petit pour sécher les couches lavables à l’air libre, vous aurez besoin d’un modèle compatible avec un séchoir électrique.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai repris la gestion de la Couchothèque/Luiertheek/Nappy Library, qui avait été créée par une autre maman. J’ai choisi une formule où tous les accessoires nécessaires sont fournis et compris dans le prix. Ainsi vous pouvez tester sans acheter quoi que ce soit et ne pas vous sentir coincés. Plus de pression ! Si vous avez des questions sur l’utilisation de couches déjà achetées ou si vous désirez louer un kit de couches lavables, vous trouverez toutes les infos ici et pouvez toujours me contacter directement.

Cliente chez Sebio depuis 2015 (durant ma première grossesse), c’est avec plaisir que j’ai répondu à leur offre de devenir Ambassadrice Bébés Enfants et je suis heureuse d’offrir un avantage supplémentaire aux clients Sebio. Si vous êtes une « Super Maman »* ou faites partie de la « Planet Family », vous pouvez bénéficier d’un envoi (voire d’une livraison) gratuite. Bien sûr, vous êtes toujours les bienvenu-es pour un retrait à Zaventem avec une démonstration gratuite… en respectant les normes COVID bien entendu. Mais si vous ne pouvez pas vous déplacer, alors un envoi postal et une démonstration vidéo est une bonne alternative. »

Au plaisir de vous rencontrer physiquement ou digitalement 

Esmeralda

Couchothèque/Luiertheek/Nappy Library

*Attention la carte virtuelle Super Maman ne peut plus être achetée sur Sebio : elle est remplacée par l’adhésion à la Planet Family.

Découvrez nos ambassadeurs 

Retour
Autres publications à ce sujet

Cadeaux et réductions

Rejoignez la Planet Family

Service clients

Toujours à votre écoute

Paiement sécurisé

Vos détails sont en sécurité

Livraison rapide

A domicile ou en point relais